Skip to main content

Histoire du Village

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ARMOIRIES :

Armoiries azur à une tige de 3 chardons feuillée, le tout en or.

ETHYMOLOGIE :

Du latin « mons » = mont et de l’anthroponyme germanique Wisishardt devenu Guiscard, lieutenant de Charlemagne qui se serait installé dans la région à son retour de la péninsule ibérique.
1271 : Monte Guiscardo

SITUATION :

Autrefois fortifié, le village se situe sur l’ancien  » chemin français « , voie romaine, reliant Narbonne à Toulouse, qui passait au Nord, au pied des douves.
La bretelle évitant le village, longeant aujourd’hui le canal du Midi, ne fut aménagée que’au début du XIXème siècle.  Elle passe au-dessus du « Ruisseau des Fièvres » constituant alors le trop-plein des douves.

UN PEU D’HISTOIRE :

Au Moyen Âge, le territoire de Montgiscard était d’abord placé sous l’autorité du seigneur de Belbèze. Il y détenait un domaine et un château fort au lieu-dit Endardé.
En 1211, le seigneur de Montgiscard se rallia au parti de Simon de Montfort. Et en guise de représailles, le comte de Toulouse rasa le village de même que l’oratoire de Roqueville et s’empara de la seigneurie et du château de Belbèze.

Placée sur une terrasse qui commande la vallée de l’Hers, la ville de Montgiscard, fut le centre d’une baillie, puis d’une châtellerie.
En 1355, elle fut prise et brûlée par les troupes du Prince Noir, mais commença à se rétablir l’année suivante. En 1517, G. de Borderia porta le titre de seigneur de Montgiscard.
Au xviiie siècle, ce lieu fut rattaché à la seigneurie d’Ayguesvives en échange à un descendant du surintendant Fouquet. À l’époque moderne, Montgiscard était l’une des villes maîtresses du diocèse civil de Toulouse.
À la fin du xviie les archives du diocèse, jusque là ambulantes, furent déposées dans la sacristie de l’église de Montgiscard, où elles demeurèrent jusqu’à leur installation à Toulouse dans les bâtiments de l’archevêché en 1772.

Montgiscard a été le siège d’une des sept justices subalternes de la sénéchaussée de Castelnaudary. En août 1799, les royalistes s’en emparent dans leur tentative de prendre Toulouse.

Elle devient chef-lieu de canton en 1800. Les fossés de la ville furent comblés en 1820.

Au xixe siècle, d’importantes foires aux bestiaux se tenaient à Montgiscard sur la place du Foirail.

 

Copie de église intérieur 007 copier